Oléoduc Bénin-Niger: le projet fait face à plusieurs pierres d’achoppement

Le projet de construction de l’Oléoduc entre le Bénin et le Niger est en proie à quelques difficultés du côté du Niger. A la suite d’une rencontre entre China National Petroleum Co et le ministre nigérien du pétrole « Abba », aucun compromis n’a été trouvé face aux problèmes.

Selon un rapport d’Africa Intelligence, la construction du ‘futur oléoduc d’exportation de 100 000 bpj entre la zone de production d’Agadem dans l’est du Niger et le port de Cotonou au Bénin n’est en aucun cas une affaire conclue entre les autorités nigériennes et la major chinoise China National Petroleum Co (CNPC), l’opérateur du projet’.

Le média rapporte que des discussions ont eu lieu entre les autorités Nigériennes et l’opérateur du projet du 4 au 12 mai à l’hôtel Prince de Galles à Paris, sur plusieurs questions mais que cela n’a pour le moment, pas encore donné de fruits. En effet, la partie chinoise réclamerait les postes de directeur général et de directeur général adjoint de la West African Gas Pipeline Co (WAPco), qui est chargée de construire puis de gérer les infrastructures de transport de pétrole brut envisagées.Elle réclamerait également que les Chinois de Wapco obtiennent le statut de cadres détachés par la CNPC, avec le salaire correspondant. Des exigences sur lesquelles les autorités nigériennes ne semblent pas céder et cela a donc amené à une réunion sans compromis. Cependant les deux parties ont convenu tout de même de se revoir en juin pour tenter de parvenir à un accord, mais le lieu de leur future rencontre reste à déterminer.

Les Nigériens ne souhaitent plus se rendre à Paris et proposent leur capitale, Niamey, alors que les Chinois s’y refusent, rapporte Africa Intelligence.Notons que lors de cette rencontre bipartite, la délégation nigérienne comprenait le ministre du Pétrole, Mahamane Sani Mahamadou , dit « Abba », le directeur général adjoint de la Zinder Refinery Company (Soraz) – contrôlée à 60 % par la CNPC chinoise et 40 % par l’État, Ali Harouna , le directeur général de la Sonidep (la compagnie pétrolière nigérienne), Ibrahim Mamane , et Mamadou Sougou Dikouma , conseiller spécial sur les questions minières et pétrolières du président nigérien Mohamed Bazoum.Le pipeline d’exportation, d’un coût total de 2,3 milliards de dollars pour 1 980 km, dont 1 293 km au Niger et 687 km au Bénin, devrait être achevé au premier semestre 2023.

La production au Niger a démarré en 2011, avec un débit de 20 000 bpj uniquement pour la raffinerie de Zinder. Outre CNPC, Savannah Energy et Sonatrach devraient augmenter la production au Niger dans les années à venir.

source: levenementniger.com